Un pont entre les hommes et les Anges

Photo de Pixabay sur Pexels.com

Texte inspiré de la lecture du livre de Geoffrey HODSON :

 ‘’La Fraternité des Hommes et des Anges’’

Puisque la source s’est approchée si près de nos deux mondes, il est devenu important qu’un pont soit jeté entre les deux, afin de hâter le moment où il sera utilisé librement de part et d’autre. Nous faisons plus de la moitié du chemin pour venir à votre rencontre, car la Source de la connaissance elle-même a proclamé que le temps était venu de nous rapprocher par des liens d’unité plus étroits.

La foi en notre existence est primordiale. Pour ce faire, il est nécessaire de donner plus de renseignements à notre sujet et de les présenter de façon qu’un esprit scientifique puisse les accepter, au même titre qu’un poète, un artiste et un rêveur. Quand vos études scientifiques vous conduisent plus profondément dans les domaines hyperphysiques, veillez toujours à voir la place que nous occupons dans l’ajustement des forces de la nature. Derrière chaque phénomène vous trouverez un membre de notre sphère. Notre situation dans la nature ressemble à celle de l’ingénieur ; il n’est pas la force, mais il la dirige et comme son attention et sa surveillance sont essentielles, les dévas ou les anges sont essentiels à l’harmonie de la nature et de chaque individualité qui la composent, de l’atome à l’archange.

Aussi longtemps que les intermédiaires invisibles seront ignorés par les savants, il y aura des lacunes dans leurs connaissances, lacunes qui ne seront comblées qu’en comprenant la place que nous occupons dans le système. Cette connaissance ne sera pas obtenue par des instruments physiques et c’est pourquoi la deuxième chose essentielle est d’augmenter le nombre d’humains capables de se mettre en rapport avec nous. Celui qui veut nous trouver doit apprendre à entrer beaucoup plus intimement en contact avec la nature. Non seulement il appréciera plus profondément sa beauté, mais il aura du respect pour toutes ses formes et tous ses modes d’expression, car ceux-ci résultent de la présence du divin. La compréhension de la nature sacrée et le désir de s’approcher de la divinité qui est cachée en elle surgiront alors tout naturellement. De plus, il faut acquérir un sens d’unité avec la nature, jusqu’à parvenir à se voir dans un arbre, une fleur, un brin d’herbe, un nuage qui passe et réaliser que toutes ces diversités sont l’expression du Soi unique qui est en vous. Jusqu’à ce que la vision du Soi ne puisse plus être cachée.

Cette réalisation atteinte, vous vous trouverez au seuil de notre monde, vous aurez appris à voir par nos yeux, à connaitre par notre intelligence et à sentir par nos cœurs. Ceci pourrait, pourtant ne pas suffire, car jusqu’ici certains ont suivi cette voie, mais rares sont ceux qui nous ont trouvés. Car, à l’intelligence pénétrante de l’homme de science et au regard investigateur du voyant doivent s’ajouter la sensibilité de l’artiste. Le mental de l’être humain doit apprendre à s’arrêter là où l’artiste commence. Il ne perdra pas lors de sa réalisation du soi, ni sa clarté d’esprit, ni cette exactitude de l’observation, mais son point de vue sera différent. Il doit s’identifier à l’arbre, à la plante, à l’animal, à l’élément qu’il étudie, et pour ce faire il doit d’abord suivre le chemin de l’artiste et du poète, du philosophe et du physicien, en combinant en lui les capacités de chacun d’eux. Une conception de plus en plus nette du monde angélique illuminera peu à peu sa conscience et par elle, modifiera chaque problème qui se pose à son esprit. S’il est sincère, une profusion de connaissance viendra très certainement à lui.

Si tous les êtres qui cherchent cette voie, terrassent leurs peurs, nous pourrons mieux prendre part à leurs activités bienfaisantes. Des membres angéliques se tiennent près de chacun d’entre vous et pourtant ils se sentent souvent exclus par les barrières dressées par l’esprit humain.

Comme celui qui est venu un temps jadis et dont on a prédit le retour, nous apportons l’expression de la félicité divine pour qui la douleur n’existe pas, ni la peine, ni la séparation, ni la mort, ni le mal, mais seulement la joie. La lumière est une puissance de plus en plus grande, car nous apprenons toujours davantage à exprimer cette Volonté Divine dont nous sommes issus. Pour nous, la corne d’abondance de la vie est toujours remplie, à vous maintenant de nous aider à en faire bénéficier toute l’humanité.

Transmis par Pascal